Témoignages d’anciens élèves d’audiovisuel

0
1177

Eva Gérard

Bac 1 Infirmière

Haute école Galilée à Bruxelles

Je suis arrivée dans l’option dès ma troisième, je suis un peu la mamy de la bande. J’ai choisi cette option car rien ne m’inspirait et aujourd’hui, je suis persuadée que cette décision était la meilleure que je pouvais prendre. Durant mes 4 années, l’option m’a passionnée de par l’apprentissage de la photographie et des logiciels de post production en 3ème et 4ème jusqu’à ma 5ème et 6ème où j’ai pu utiliser une caméra et apprendre le montage vidéo. Étant quelqu’un de très timide, j’ai dû me mettre à rude épreuve lors des interviews ou reportages à réaliser. Avec du recul, cette option m’a permis d’être fière de mes travaux réalisés, de me surpasser, de me faire confiance et m’a enrichi culturellement et socialement parlant. Je quitte l’école avec un pincement au cœur, car cette option a fait de moi ce que je suis aujourd’hui, en un mot, elle m’a permis de grandir. Je ne remercierai jamais assez mes professeures d’audiovisuels, présentes depuis mes débuts pour les savoirs qu’elles m’ont transmis avec passion. Si vous voulez en savoir plus sur mon expérience au cours de mes 4 années d’audiovisuel je vous invite à lire mon billet d’humeur rédigé pour notre concours Journalistes en herbe.


Noah Hautier

Bac 1 Cinématographie

Helb à Bruxelles

J’ai voulu changer de voie après mon parcours de 4 ans dans un enseignement général. J’ai donc cherché une option audiovisuel, car le travail du son et de l’image me plaisait beaucoup. J’ai eu une première expérience peu concluante dans une autre école avec une option audiovisuel. Je me suis donc inscrit à l’Athénée Simone Veil. Je suis arrivé dans une petite classe de 10 élèves. J’ai adoré la fin de mon parcours secondaire dans cette option.

Elle m’a permis de rencontrer des gens, de sortir de l’école, même en temps de Covid, de tisser des liens forts avec d’autres élèves, de sortir de ma zone de confort, de travailler pour des projets collectifs qui ont du sens. Cette option est plus qu’une simple option, c’est une sorte d’école de la vie où il faut se débrouiller, essayer de respecter des délais, partir à la rencontre des gens, toucher à tout et être ouvert d’esprit.

Bref, si toi qui lis mon témoignage, tu n’aimes pas être assis sur un banc à écouter un prof, si tu aimes travailler en équipe, sortir de l’école, rencontrer des gens et bidouiller avec des caméras et des micros, cette option est faite pour toi ! J’ai maintenant trouvé ce que je voulais faire plus tard, j’entame donc un baccalauréat dans une école de cinéma.


Vidéaste – réalisateur- monteur freelance

Grégory Rogge

Société : OZ Film studio

J’ai un bon souvenir de mon passage à Beaumont. J’ai atterri dans l’option car j’étais passionné depuis tout petit mais il me manquait des bases en théorie. J’ai pas mal appris et tout ça de manière intuitive et pratique grâce aux moyens mis en place par l’option (plateforme en ligne, prise de photo, réalisation de courts métrages, etc). Ma plus belle expérience a été notre voyage à Auschitwz lors du tournage de notre documentaire. Aujourd’hui, 2 ans après être sorti de cette école et avoir passé une gestion sur le côté, je me retrouve en plein développement de ma propre boite de réalisation publicitaire, événementiel et artistique (OZFilm studio). Je travaille aussi dans un label de musique à Bruxelles en tant que réalisateur. Je souligne que j’ai choisi de ne pas faire d’études car je voulais me lancer en « freelance » et c’est un choix que je ne regrette pas. Les rencontres, les vues vont très vite, mon compteur totalise plus de 1,5 million de vues. J’aimerais terminer par un petit mot pour ceux qui hésitent à s’inscrire : Foncez, faites sortir votre créativité et innovez !


Sébastien Moratto

Bac 2 – Cinéma – Image

IAD à Louvain-la-Neuve

Mes 3 années en option audiovisuelle m’ont façonné un meilleur esprit critique, une meilleure analyse et réflexion sur les images que nous consommons tous les jours. J’ai pu aussi approfondir mes connaissances techniques sur l’éclairage, la prise de son, etc. avec du matériel mis à notre disposition. J’ai également pu développer de l’expérience sur le terrain en portant de multiples casquettes, en étant aussi bien cadreur, monteur, réalisateur que journaliste.


Elodie Holemans

Bac 2 Marketing

Condorcet à Mons

Même si je n’ai pas continué en audiovisuel, l’option me sert beaucoup dans mes études de marketing notamment pour la publicité. J’ai quand même gardé la photographie comme passion à côté aussi. J’ai beaucoup aimé l’option, car ça permet de découvrir de nouvelles choses comme la photo, le cinéma, le journalisme, etc. C’est une option qui change des autres puisque l’on bouge beaucoup, on fait beaucoup de pratique. On ne reste pas assis sur sa chaise toute l’année à écouter les professeurs parler. Je la conseille vraiment, que vous ayez déjà des connaissances dans l’audiovisuel ou pas (ce sera le moment de découvrir). Et même si vous ne souhaitez pas y faire carrière, c’est vraiment l’occasion de s’amuser tout en apprenant, de se faire des amis avec une passion commune et même de voyager un peu grâce aux activités organisées par les professeurs.


Bérénice Lambou

Bac 1 Création d’intérieur

Saint-Luc à Bruxelles

Cette option m’a appris beaucoup de choses sur le monde du cinéma et de la télé. Même si je ne comptais pas continuer dans cette voie, les cours de dessin et d’histoire de l’art m’ont permis d’avoir les bases nécessaires pour mon option à l’université (création d’intérieur).


Nathan Tassin

BAC 1 Cinématographie- Direction de production/assistanat à la réalisation

Haute école libre de Bruxelles Ilya Prigogine

Au début, j’ai rejoint l’option audiovisuel car c’est ce que je trouvais de plus plaisant parmi les autres options de l’école. Finalement, j’ai fait l’entièreté de l’option de ma 3e secondaire à ma 6e et j’en suis plus que satisfait. J’y ai découvert ma passion pour les métiers de l’audiovisuel et un de mes passe-temps : la photographie. Aujourd’hui, je continue mes études en bachelier cinématographie grâce à cette option car honnêtement, je ne serais très certainement pas là si je n’avais pas fait cette option. 
Ce que m’a appris Mme Papleux m’a beaucoup aidé pour démarrer ma première année en école de cinéma car j’avais déjà acquis pas mal de la matière en secondaire, ce qui m’a permis d’avoir plus de facilités dans certains cours et plus d’expérience que d’autres sur nos premiers tournages grâce aux nombreuses réalisations qu’on a pu réaliser en 5 et 6. Si je peux vous conseiller une chose, n’hésitez pas, signez dans cette option. C’est technique, artistique, scientifique et sportif en même temps !


Mario Moi

Bac 1

Helha à La Louvière


Adrien Mary

Cours intensifs d’anglais

EPFC – Bruxelles

Bac 1 en communication

UCL – Mons

Je suis arrivé en 3e à l’athénée royal Simone Veil de Beaumont et pour moi l’option audiovisuelle était une évidence. J’avais déjà l’idée de devenir journaliste à ce moment-là et vu le programme de cette option, mon choix a été rapide. Le fait qu’elle soit enseignée par une ancienne grande journaliste de la RTBF a été un réel plus pour moi. Je n’ai pas juste appris l’audiovisuel, j’ai appris aussi une partie de la vie qui m’a fait grandir, et j’ai éduqué mon esprit critique. De plus, les énormes projets que Mme Papleux organise sont plus motivants les uns que les autres. Par exemple, j’ai eu la chance de gagner deux concours de courts métrages en deux ans et le concours « Journalistes en herbe » en 2021. J’ai rencontré des personnes importantes grâce à cette option et à son professeur. Si vous hésitez à inscrire votre enfant dans cette option, n’hésitez plus ! Il passera ses meilleures années d’apprentissages.


Louise Willems

Bac 2 – Cinématographie

HELB à Bruxelles

Passionnée par la photographie, je suis venue en audiovisuel pour voir ce que cette option pouvait m’apporter. Toutes ces années m’ont permis de découvrir le monde du cinéma et de la photographie. Je continue dans ce domaine pour mes études supérieures, je suis en Bac2 cinéma à la HELB. Beaucoup de matières apprises en 4 ans à Beaumont ont été reprises et expliquées différemment, les cours sont plus poussés en Haute école et je suis heureuse d’avoir eu des bases à Beaumont avant d’arriver en études supérieures. Les premières photos ou les premiers courts métrages réalisés ne sont pas les plus beaux, généralement personne ne veut montrer son premier travail. Grâce aux courts métrages que j’ai pu faire à l’Athénée royal Simone Veil, j’avais quelques conseils à donner à mon équipe à l’HELB. J’ai eu la chance de remporter 3 premiers prix à Beaumont, lors du concours de photos de Présence et Action Culturelle de Beaumont et deux lors des concours vidéos de la Maison de la Laïcité du Pays de Ath.


Nicolas Colson

Bac 1 – Cinématographie

HELB à Bruxelles


Guillaume Richard

Bac 2 en informatique

HEH – Mons

J’étais dans une école ennuyante et sans réelle option technique, au point où rester 8h par jour sur une chaise à écouter un prof m’avait dégoûté. En m’inscrivant dans la section audiovisuelle, j’ai tout de suite senti la différence avec mon ancienne école. Plus de projets, plus de responsabilités individuelles et du travail d’équipe pour réaliser les différents travaux donnés par madame Papleux. Elle nous pousse à être créatifs dans ses différents projets. Les courts-métrages et reportages nous imposent aussi de planifier nos tournages tout en gardant l’aspect travail d’équipe et entraide. Le cours d’analyse d’image a aussi beaucoup changé ma vision de voir des photos et des films, essayer de comprendre plus ce qu’est le message derrière chaque plan et comment il a été mis en scène. Enfin, je sors de cette option en étant mordu de la photographie. Elle explique très bien la technique derrière, combiné au cours d’analyse d’image et à la créativité toujours poussée plus loin, on prend vite pour passion certaines choses que l’on a appris et je pense ne pas être le seul à être sorti de là différent.


Alexis Burnotte

Informatique

Ecole 19 à Bruxelles

Les secondaires, et l’école en général, n’ont pas été très faciles pour moi. Beaucoup d’ennui en cours, aucune envie d’aller à l’école, des résultats très limites parce que je ne faisais que le strict minimum,… Je suis arrivé en 5e à l’athénée en audiovisuel et ça m’a beaucoup aidé. C’est beaucoup plus motivant, on fait plein de projets, plein de sorties, on a envie d’aller à l’école parce qu’on sait qu’on va bouger, qu’on ne va pas rester assis pendant des heures, on est mis dans la pratique directement. L’option audiovisuel m’a aidé. Ca m’a évité à coup sûr un décrochage scolaire complet, et ça m’a permis de découvrir de nouvelles passions comme la photo ou de découvrir de nouvelles méthodes de montage vidéo. L’option amène aussi à réfléchir autrement, à s’intéresser vraiment à ce qu’on fait, comprendre le matériel qu’on utilise, chercher une solution quand il y a un problème voire improviser et développer son imagination. L’audiovisuel me sert encore aujourd’hui, même si je ne suis plus dans cette option dans mes études supérieures. Ce que j’ai appris sur 2 ans me permet de faire pas mal de choses par moi-même et surtout d’avoir un autre regard sur ce que je fais et laisser libre cours à mon imagination.


Théo Lorette

HELB à Bruxelles

Bac 1 – Cinématographie


Lou-Ann Gérard

Bachelier en éducateur spécialisé (Bac 3)

HEH – Mons

L’audiovisuel te sert-il depuis que tu as quitté l’athénée?

Et bien, ça me sert énormément mine de rien !! Dans mes études actuelles (éducateur spécialisé), j’ai besoin de l’audiovisuel car nous avons eu un cours de médias et plusieurs travaux audiovisuel. Le montage et la vidéo m’ont énormément servi pour tous ces travaux depuis la première année, et encore plus avec la situation de Covid-19. J’avais toutes les bases (et même beaucoup plus) nécessaires pour m’en sortir sans accroche dans les cours plus pratiques au niveau audiovisuel (média, info…) Et même pour d’autres cours, nous devons parfois réaliser des vidéos… Je trouve que j’ai plus de facilité que d’autres dans ma classe qui ne savent pas comment s’y prendre. En ce qui concerne la photographie, ça a été une révélation et je continue toujours d’en faire sur le côté de mes études. Et même d’un point de vue professionnel, la photographie et la vidéo peuvent être super intéressantes comme moyen éducatif pour concevoir des activités et autres!


Gina Romagnolo

Bachelier en éducateur spécialisé (Bac 3)

HEH – Mons

Je vous avoue que mes études ne ressemblent en rien à l’audiovisuel. Lors de ma première année, quelques bases m’ont aidée à réussir mon cours de médias. Mais j’avoue que l’audiovisuel m’a surtout servi lors de mon stage de deuxième que je viens juste de terminer. On m’a demandé d’amener quelque chose qui me plaisait et j’ai pensé à vous et à l’audiovisuel. J’ai créé deux activités : le stop motion « version flipbook », et j’ai réalisé un petit court-métrage avec les personnes en situation de handicap… J’étais très fière d’eux et ça les a beaucoup amusés.


Pauline Léna Fivet

Bachelier éducation spécialisée
(Bac 2)

AMEPS – Erquelinnes

Je suis en éducation spécialisée et j’ai un cours d’éducation aux médias qui faisait partie de mes cours en secondaire. Lors de mon stage, j’ai rencontré un résident qui fait de l’audiovisuel, nous avons longuement parlé et cela lui plaisait beaucoup que je connaisse autant l’audiovisuel. Nous avons donc le projet de créer une vidéo pub pour leur annexe ! L’audio fait toujours partie de ma vie.


Florian Mirco

Master en ingénieur du son (Bac 2)

Institut des Arts de Diffusion (IAD) – Louvain-la-Neuve

Ce que j’ai appris en audiovisuel m’a servi pour l’examen d’entrée de l’IAD. L’analyse du court-métrage était beaucoup plus simple que si je n’avais pas fait l’option avant. J’ai aussi eu plus de facilité dans certains cours lors de ma première année. Avec Madame Papleux, nous avions vu des bases qui m’ont permis de mieux appréhender mes cours. Au-delà de l’IAD, j’utilise aussi ce que j’ai appris pour mieux comprendre tout le contenu audiovisuel que je regarde.


Yasmine Hanon

Puéricultrice

ITCF – Rance

J’ai quand même un peu d’audiovisuel dans mon parcours scolaire actuel. L’option audiovisuel m’a donc apporté une facilité pour suivre et comprendre les cours car ils ne sont pas donnés de la même manière. Je dois faire du stop motion. Il faut donc que je fasse un storyboard et un script. Ce sont des choses que j’ai déjà vues en audiovisuel.


Noah Bernard

Master en psychologie
(Bac 2)

Université de Mons

L’option audiovisuel m’a apporté pas mal de choses dans mon parcours. Déjà, j’ai une vision plus objective du monde qui m’entoure. J’ai appris à trier les informations, ce qui est vraiment utile à l’unif pour des cours basés sur la recherche. Ensuite, ça m’a permis, en dehors du contexte scolaire, de développer des passions pour la photographie et la mise en images, de mieux appréhender ce que nous montre les médias, etc. Et sinon, c’est l’option audiovisuel qui m’a, en partie, permis de poursuivre dans les études parce que ce sont les seuls cours qui préparaient vraiment aux études supérieures dans la mesure où ce n’étaient pas des cours à apprendre par cœur mais des cours qu’on devait comprendre.


Béryl Verduyckt

Diplômée assistante sociale

HELHA Cardijn – Louvain-la-Neuve

Concernant l’audiovisuel, j’ai continué à faire quelques photos de temps en temps et à être curieuse de ce qui m’entoure. Mais ce que vous m’avez apportée par vos cours, concerne davantage la méthode de travail et le fait de travailler en groupe avec des personnes avec qui je ne m’entends pas spécialement. De plus, vous m’avez appris à me débrouiller dans certains projets en attendant de moi un niveau qui me poussait à me surpasser. Encore merci pour tous ces apprentissages.


Gwen Delférière

Armée de terre

Disons que je n’ai pas « besoin » de l’audiovisuel mais je suis content d’avoir certaines notions qui me permettent d’être plus objectif dans l’analyse d’informations médiatiques, les actualités par exemple. On a pas mal appris sur le traitement de l’information, les théories du complot, la fiabilité d’une source etc. Ça m’a aussi apporté une petite base de culture cinématographique et j’ai pas mal appris sur la technicité de la création de contenus audiovisuels. Comment mettre en œuvre de A à Z une création audiovisuelle. Puis à l’occasion, je fais un peu de photos, de vidéos. Ca devient rare et je n’ai pas retenu toutes les notions, mais j’essaie de le faire dans les règles de l’art, selon les techniques apprises et mises en pratique aux cours.


Alexandre Haye

Bachelier en immobilier
(Bac 3)

Haute école Condorcet – Charleroi

Je pense qu’au niveau de mes études actuelles, ca m’a aidé en informatique, j’utilise plus facilement les ordinateurs, le drive etc. Maintenant, au niveau personnel, ca m’a apporté une vision différente sur les médias et je pense une petite passion pour la photographie.


Envie de savoir si l’audiovisuel est une option pour toi? Ce petit questionnaire devrait t’aider.